Sur les traces des Jacquets 

L'important ce n'est pas le but, l'important c'est le chemin. 

L'Europe par les Chemins de St-Jacques de Compostelle 

Caminoropa 

 

 

 A propos - Contact - Accueil                                                                               Copyright 2019                                                                                         

 

Taggia - Cannes     

100 km 

  

La journée se déroule de façon absolument parfaite, dans un décor de rêve, avec des points de vue imprenables sur la Baie des Anges. Par chance c'est le week-end et le trafic automobile est assez calme à Monte Carlo, car rouler en vélo dans ces tunnels est quelque chose d'un peu stressant. Depuis Nice ce sont des vraies vacances puisque je longe la Promenade des Anglais et roule sur la piste cyclable grand luxe qui me mène jusqu'à la Croisette, en passant par Antibes et ses magnifiques ramparts. 

 

 

  

Cannes - Cannet-des-Maures    

80 km 

  

 Mon intention était de longer la côte jusqu'à St-Raphaël, mais en suivant des pistes cyclables je me suis retrouvé sur un autre itinéraire finalement plus calme et tout à fait magnifique. Je traverse le Massif de l'Estérel par le col de Testanier, ce qui m'évite ainsi plusieurs kilomètres qui m'auraient donné un beau point de vue sur la mer mais auraient aussi rallongé de façon significative mon parcours. Après Fréjus je dois me battre contre le Mistral et à la nuit tombante, fourbu, je décide de me reposer près de Cannet-des-Maures. 

 

 

 

 

Cannet - Aix-en-Provence    

75 km 

  

Le Mistral n'est pas retombé pendant la nuit mais la route est un peu plus agréable, en faisant abstraction des camions qui ont repris leur manège, en ce début de semaine. Je fais une halte dans la ville de Saint-Maximin qui abrite son Couvent Royal et la basilique Sainte Marie-Madeleine, lieu séculaire de pèlerinages, avant d'atteindre Aix et sa cathédrale Saint-Sauveur. Comme la météo s'annonce parfaite, je rejoins finalement Briançon en train dans le but de parcourir la Via Domitia dès le lendemain. 

 

 

 

Briançon - Montgenève - Gap    

110 km 

  

Après la grande douceur méditerranéenne, place à l'air matinal de la montagne, mais je me réchauffe vite en gravissant la route bien pentue qui me mène en droite ligne à la vieille ville de Briançon. Les fortifications Vauban sont très impressionantes et la Collégiale très intéressante à visiter. C'est ensuite le départ pour monter jusqu'à la frontière avec l'Italie. A Montgenèvre, le calme avant le début de la saison d'hiver est palpable, et la température glaciale me fait retourner bien vite dans la vallée, pour suivre la Durance. Je pensais que la route serait facile car continuellement en descente mais ce n'est malheureusement pas du tout le cas et j'ai l'impression de faire en réalité plus de montées. Je me trouve très  fatigué suite à mes efforts de la matinée dans le col et une furieuse envie de m'arrêter à Embrun m'assaille. Toutefois c'est la veille de la Toussaint et la ville est en phase léthargique. J'enfourche donc à nouveau mon vélo en direction du lac de Serre-Ponçon. La traversée  du lac à Savines constitue le point d'orgue du trajet qui me mène à Chorges et enfin Gap. 

 

 

 

Manosque - Isle-s/Sorgue   

70 km 

  

Une étape très agréable dans le Luberon, après avoir passé le petit col de Montfuron j'entre dans Apt et passe sous son joli beffroi, proche de la cathédrale Ste-Anne. L'impératrice Anne d'Autriche était venue rendre hommage à la sainte en 1660, finançant par la même occasion une chapelle royale dans la cathédrale. Le calme régnant dans la ville tranche avec l'agitation que je rencontre un peu plus tard à Isle, où de nombreux touristes profitent de la douceur automnale de ce dimanche après-midi. 

 

 

Isle-sur-Sorgue - Avignon - Nîmes    

70 km 

  

Après avoir parcouru les derniers 20 km jsuqu'à la cité des papes, j'ai le temps de flâner dans la ville La visite du palais en vaut largement la peine, et c'est aussi un plaisir de marcher sur le pont St-Bénézet, le célèbre pont d'Avignon. Je décide de prolonger un peu mon voyage et passe le Rhône pour rouler jusqu'à Beaucaire et finalement Nîmes, où je passe la nuit. 

 

 

Nîmes - Arles   

70 km 

  

Outre ses célèbres arènes, Nîmes comporte de nombreuses édifices religieux, dont la cathédrale Notre-Dame et Ste Perpétue-et-Félicité, que je visite avant de me remettre en chemin. Je trouvais dommage de ne pas relier Arles qui constitue, avec St-Gilles, une étape importante sur la Via Aurelia et surtout le Chemin de St-Jacques. Les miracles attribués à son saint patron, un ermite venu au 7e s. de Grèce et vénéré dès le 12e s., en ont fait un lieu de pèlerinage des plus importants, avec Rome et Jérusalem puis Compostelle. L'extérieur de la basilique St-Gilles qui est reconnue comme un joyau de l'art roman subit d'importants travaux de rénovation qui me cache sa magnifique façade sculptée. Il reste cependant l'intérieur qui recèle entre autre le célèbre escalier en vis dans l'ancien choeur ainsi que la grande église basse ou crypte surmontée de voûtes d'ogives qui garde une partie des reliques du saint. La fin de mon voyage se passe à Arles, autre lieu de passage très important sur le Chemin, proche de l'embouchure du Rhône sur la Méditerranée. 

Les pèlerins italiens désirant se rendre à Santiago pouvaient soit parcourir la Via Aurelia le long du littoral depuis Rome, soit passer le col de Montgenèvre depuis le Piémont, en direction de Briançon. Cela reprend l'antique tracé de la Via Domitia, un passage emprunté par les hommes depuis des temps immémoriaux, notamment Hannibal avec ses 60000 soldats et ses éléphants. Ce sont ces deux itinéraires que je désire suivre, après avoir pédalé sur la Via Francisca. Mon but est d'atteindre Avignon, qui a abrité neuf papes durant les 14e et 15e s. 

de Menton et Briançon à la cité des papes, octobre novembre 2017 

Via Aurelia et Via Domitia