Sur les traces des Jacquets 

L'important ce n'est pas le but, l'important c'est le chemin. 

L'Europe par les Chemins de St-Jacques de Compostelle 

Caminoropa 

 

 

 A propos - Contact - Accueil                                                                               Copyright 2019                                                                                         

des rives du Rhin aux contreforts du Jura - septembre 2014 

Waldshut - Mariastein      

98 km 

  

Depuis Waldshut, je longe le Rhin sur une cinquantaine de kilomètres et découvre les jolies cités médiévales de Laufenburg et Rheinfelden, à cheval sur les deux rives. Après une intéressante visite des ruines romaines  à Augst (Augusta Raurica), dans la banlieue de Bâle, l’arrivée dans la capitale de la chimie suisse se fait tout en douceur, en passant dans une forêt. Bâle est une ville industrielle et de commerce, mais également une ville riche en art et en culture. Elle est moins connue comme ville de pèlerinage mais représentait cependant au Moyen Age une étape importante pour les pèlerins de Compostelle. La cathédrale (Münster) est le point fort de l’étape, mais je ne veux pas passer à côté d’une visite de la chapelle St-Jacques, dans le quartier du même nom, aux portes sud de la cité. Comme je l’avais lu dans des guides, la jolie petite chapelle est malheureusement fermée hors des heures d’office. Ce sera d’ailleurs la règle presque partout sur ce chemin. Pas moyen non plus d’obtenir le tampon pour ma credentiale. Tant pis, je tourne le dos au stade de football qui domine de sa masse le carrefour de St-Jacques et pédale vers la vieille ville, qui est quasiment préservée de toute circulation routière. Je contemple la magnifique vue qui s’offre à moi depuis le parvis derrière la cathédrale. Je passe devant de beaux hôtels particuliers à la Rittergasse, notamment, et devant l’hôtel de ville majestueux à la Marktplatz. 

  

Après 2 heures de visite, je dois reprendre la route et sortir des faubourgs en montant doucement jusqu’au village-frontière de Flüh, puis la route s’élève plus fortement jusqu’à Mariastein (Notre-Dame-de-la-Pierre). L’abbaye bénédictine rappelle le miracle selon lequel une fillette aurait été sauvée d’une chute mortelle par une femme mystérieuse. A gauche de l’autel se trouve le reliquaire de Sainte-Ursule. Cette princesse anglaise avait été tuée à Cologne par les Huns, avec onze mille vierges qui l’accompagnaient, lors de son pèlerinage pour Rome. Les reliques sont conservées à Cologne mais son crâne était autrefois la relique la plus précieuse de la cathédrale de Bâle. Elle fut amenée à Mariastein après la Réforme. La chapelle de «Notre-Dame-de la Consolation» est le véritable but pour toutes les personnes visitant ce lieu. On y accède par un long corridor et des escaliers qui mènent à une grotte, où une Vierge à l’enfant de grande beauté accueille les visiteurs. 

 



 

Mariastein - Moutier     

70  km 

 
Je reprends la route qui mène jusqu’au Challpass, la seule difficulté de la journée. Je passe ensuite par des chemins forestiers qui longent la frontière avec la France, d’où on jouit d’un beau panorama sur les paysages du Jura. C’est ensuite une belle descente jusqu’au village de Kleinlützel (Petit-Lucelle) puis je m’octroie un petit détour jusqu’à Laufon (Laufen) jusqu’à peu bernois et depuis 1989 faisant partie du demi-canton de Bâle-Campagne. 

La ville possède encore trois portes des anciennes murailles qui fut j’entre finalement à Delémont, chef-lieu du canton du Jura, le dernier né de la Confédération helvétique, en 1979. La frontière linguistique entre l’allemand et le «welche» est ainsi franchie. Delémont est mentionné pour la première fois au 8e s. Deux portes subsistent et cinq magnifiques fontaines de la fin du 16e s. ornent la vieille ville. J’avais prévu d’y passer la nuit mais comme il n’est que le début de l’après-midi, je poursuis ma route, en passant par le village de Vicques puis finalement à travers des gorges impressionnantes que Goethe avait décrites et qui débouchent à Moutier. Il s’agit d’une ville industrielle sans beaucoup de charme mais qui m’offre au moins la possibilité de me loger. Les reliques de deux saints jurassiens Germain et Randoald sont conservées dans l’église catholique Notre-Dame-de-la-Prévôté. Au chapitre historique, ce n’est que lorsque l’évêque de Bâle reçut en donation en l’an 999 l’abbaye de Moutier et ses terres du roi de Bourgogne Rodolphe III qu’il devint prince-évêque aux pouvoir temporels. A la Réforme, l’abbaye fut supprimée et les bâtiments démolis.  

 


 

Moutier - Péry (Bienne)  

40  km 

  

Le chemin traverse la partie sud du Jura bernois, par des petits villages ou hameaux. La route est tranquille et pas trop exigeante, et même si le soleil a décidé de ne plus m’accompagner lors de cette dernière journée, je prends beaucoup de plaisir à découvrir ces endroits paisibles propices à la méditation. 

Je m’arrête à l’abbatiale de Bellelay, ancienne abbaye des Prémontrés qui fut fondée en 1136. Le complexe actuel de l’abbaye célèbre justement ses 300 ans, mais l’ancienne église ne sert plus de nos jours que pour des expositions et des concerts. C’est déjà après l’arrivée des Fraçais (1797) que l’abbaye est supprimée et les bâtiments vendus au plus offrant. En 1894, l’Etat de Berne en a fait une clinique psychiatrique. Je poursuis vers la petite ville de Tavannes, au pied du col de Pierre-Pertuis, déjà régulièrement emprunté au temps des Romains. On se trouve sur l’axe qui menait d’Aventicum (Avenches) à Bâle (ou plutôt Augusta Raurica), deux très importantes cités du nord de l’Helvétie romaine. Depuis là, c’est la descente en direction de la région des Trois-Lacs et de la ville de Bienne. Juste avant je prends le temps de m’arrêter dans le village de Péry, où j’apprends par mon guide qu’une église dédiée à Saint Jacques était mentionnée en 885. Il s’agit de la plus ancienne indication fiable d’une vénération de Saint Jacques  en Europe centrale. 

Chemin de Bâle 

Dans l’intervalle des découvertes des chemins de Cluny et Vézelay, j’ai la chance de pouvoir parcourir le chemin traversant la chaîne du Jura suisse. Ce chemin de liaison est le plus récent tracé en Suisse, avec celui dans le canton des Grisons. Il est une alternative reliant les chemins du sud-ouest de l’Allemagne avec la Via Jacobi du Plateau de la Suisse occidentale. Il nous fait découvrir la ville de Bâle, qui n’est pas seulement une cité industrielle et pharmaceutique. Ensuite, c’est la montée vers les beaux paysages jurassiens, avec comme étape indispensable le sanctuaire marial de Mariastein. Pour finir on rejoint le Jura bernois et ses petites villes horlogères et on plonge vers la cité-horlogère de Bienne et le plateau suisse.