Sur les traces des Jacquets 

L'important ce n'est pas le but, l'important c'est le chemin. 

L'Europe par les Chemins de St-Jacques de Compostelle 

Caminoropa 

 

 

 A propos - Contact - Accueil                                                                               Copyright 2019                                                                                         

De la ville lumière aux châteaux de la Loire  mai 2013 et août 2017 

 

 

Paris 

 

 

Lors de l’Ascension 2013, l’occasion s’est présentée de découvrir la première partie de la Via Turonensis, à travers Paris. Elle suit parfois d’anciennes voies romaines, comme la rue St-Martin. Depuis notre point de départ, devant la gare de l’Est, on passe devant l’église St-Laurent, où une statue de St-Jacques se dresse sur le porche parmi les apôtres. On descend ensuite la rue du Faubourg St-Martin et on prend un petit passage nommé Brady, qui mène droit à la rue du Faubourg St-Denis jusqu’à la porte du même nom.

 

 

Plusieurs signes jacquaires sont visibles en chemin, à savoir des coquillages sur des balustrades ou des façades de maisons, notamment à la rue St-Denis. A l’église St-Leu et St-Gilles il y a une croix des chevaliers de St-Jacques. Passé la magnifique église St-Eustache, on s’approche de la tour St-Jacques par des petites rues, comme la rue St-Honoré. Après la rue de Rivoli, on arrive enfin devant les vestiges de St-Jacques de la Boucherie, à savoir cet impressionnant clocher-tour, qui date de 1523 et dont l’église a été détruite durant la Révolution. Une grande statue de St-Jacques se dresse sur le sommet alors que les angles sont occupés par des représentations des symboles des évangélistes. Elle est dans un état remarquable grâce aux restaurations de 2008. Le square, le premier du genre à Paris, est surveillé par des gardiens et je peux m’adresser à l’un d’eux pour obtenir un sceau sur ma credential. On se trouve ici au véritable point de départ de la Via Turonensis, qui se dirige soit vers Chartres soit vers Orléans, puis Tours et Bordeaux.




 

On traverse la Seine sur le Pont Notre-Dame ou le Pont au Change et la cathédrale Notre Dame s’offre à nous, incroyablement belle et majestueuse. Cette vénérable dame célèbre justement cette année ses 850 ans d’existence. La foule qui se presse sur le parvis est impressionnante, preuve du fort attrait qu’elle exerce après toutes ces années.  Je descends finalement une partie de la rue St-Jacques, passe devant la Sorbonne et achève la ballade du jour à la hauteur du Panthéon. Je renonce à continuer jusqu’à la place St-Jacques en me disant que je reprendrai peut-être un jour le chemin de Paris, car la vie continue à offrir de belles surprises et des découvertes magiques. 

 


 

Tours - Blois    

75 km 

  

En août 2017, j'ai l'opportunité de suivre une partie du Chemin de Tours, en partant de cette belle cité devenue célèbre pour son pèlerinage de Stmartin. La cathédrale St-Gatien abrite de fameux vitraux dont certains illustrent la vie de St-Jacques. L'église St-Martin a subi de nombreuses destructions par des incendies. L'actuel édifice de style romano-byzantin ne date que du XIXe siècle.  Il ne subsiste que deux tours de 'ancienne basilique mais la distance qui les sépare donne une très bonne idée de la taille de l'édifice primitif. Je remonte la Loire tout d'abord par sa rive droite, suivant le balisage du Chemin de Chartres. Au début du chemin, peu avant Vouvray, j'aperçois une curiosité de la région, des trous dans la falaise de tuffeau, constituant les fameuses habitations troglodytes. A Amboise, je traverse le pont où les pèlerins étaient jadis accueillis par les Hospitaliers de St-Jean sur l'Ile d'Or, au milieu du fleuve. Il ne subsiste à présent qu'une chapelle. Amboise doit sa prospérité à la présence de la Cour royale dès 1431 et ce qui reste du château est très impressionnant et est considéré comme le berceau de la Renaissance française. Léonard de Vinci, le protégé de François Ier, a également beaucoup contribué à la renommée des lieux. Je ne m'attarde pas trop dans la cohue de touristes qui arpentent les rues à ses pieds mais visite l'abbatiale Saint-Denis. Parmi les statues qui entourent l'autel se trouvent celles de St-Jacques et de St-Denis, portant sa tête. La suite de la journée se passe très agréablement parmi les très nombreux vacanciers qui empruntent les voies cyclables de la Loire, qui s'éloignent par moment sur les hauteurs de la vallée, entre champs et coteaux. 

 


 

Blois - Orléans - Artenay     

90 km 

  

Je profite de la tranquillité du petit matin pour arpenter les rues de l'anciene cité des Rois. blois a connu son heure de gloire avec la dynastie des Valois, devenant même une capitale éphémère. le château est réaménagé par louis XII et François Ier est devenu le symbole de l'art français. C'est ici que Jeanne d'Arc a fait bénir son étendard avant de partir libérer Orléans. La pluie tenace de cette matinée n'enlève rien à l'immense plaisir de longer le paisible fleuve, avec ses toues amarrées le long des berges. La route est longue mais par chance après Beaugency les averses s'estompent et je rejoins rapidement Orléans, où je visite évidemment la cathédrale et ses beaux vitraux à la gloire de Ste Jeanne d'Arc. Je prolonge finalement mon chemin jusqu'à la sortie des forêts bordant Orléans et aux portes de la Beauce et de ses champs de blés, dans le village d'Artenay. 

 


Artenay - Arpajon 

100 km 

  

Cette journée sera marquée par une longue traversée de la Beauce, que les pèlerins à pied mettent trois à quatre jours à parcourir. Sur mon deux-roues l'effort n'est évidemment pas aussi conséquent et c'est à vive allure que je traverse cette immensité de champs de blé, jusqu'à Etampes et sa belle église St-Gilles, malheureusement fermée. Alors que je termine la journée dans un cadre tout à fait différent et bien plus verdoyant formé par la vallée de la Juine, un gros orage de grêle m'oblige à me mettre à l'abri avant d'atteindre cette ville de l'Essonne, non loin de Paris.  

 


 

Arpajon - Chartres 

100 km 

  

Plutôt que de poursuivre jusqu'à la capitale, je choisis de mettre le cap sur l'ouest et une des plus importantes villes de ce chemin, Chartres, Avant d'y arriver, je rejoins la Haute vallée de la Chevreuse et traverse la forêt domaniale de Rambouillet. Après m'être reposé dans cette belle ville avec son célèbre château, je retrouve le Chemin très bien balisé, et suit pour mon plus grand bonheur la voie cyclable. Après avoir longé un moment l'Eure, j'atteins la merveilleuse cathédrale de Chartres et ses fabuleux vitraux qui forme une apothéose finale de ce voyage. 

Chemins de Tours